La Marne

et ses villages


Localisation et histoire des villages

ACCEUIL MARNE

Chantecoq

Drosnay

Ecollemont

Epernay
Giffaumont
Larzicourt
Margerie
Nuisement
Orconte
Outines
Saint Rémy en Bouzemont
Vitry-le-François

Eglise Notre-Dame

La caisse d'Epargne

La Caisse d'Epargne et la poste

La Caisse d'Epargne et la Poste

Hôtel des Postes

Hôtel de Ville

La Place d'Armes- La Fontaine

La Place d'Armes

La Place et la Statue Royer Collard

Statue de Royer Collard

Le Collège des Garçons

Ecole communale

Le Quartier Militaire

Avenue Carnot

Souvenir de la visite du Président CARNOT

Rue des Minimes- Caserne Lefol

Jour de Marché

Le Marché Couvert

Rue du Colonel Pickard

Avenue de la République

Place Moll

Défilé des Pompiers

Vitry-le-François

Vitry doit son nom au latin Victoriacum, domaine d'un certain Victorius.

Vue Panoramique prise de la Cathédrale.

 

Rue de Frignicourt

C'est au n°15 de cette rue que vivait mon aïeul Emile Ernest Gaston GIRARDIN, corsetier de son état. Il y est décédé le 20 novembre 1909 à l'age de 66 ans

Boulevard François 1er

Sa veuve Honorine Clémence CHAMOIS vivait ici et y mourut le 18 juin 1914 à l'age de 66 ans

Hopital - Rue de l'Arquebuse

C'est dans cette Hopital que mourut mon arrière grand-mère parternel Clémence Claire GIRARDIN le 9 janvier 1923 à l'age de 54 ans.

 

 

En 1144 le roi Louis VII prit la ville d'assaut et y mit le feu. Mille trois cents personnes, qui s'étaient réfugiées dans l'église, périrent dans les flammes. Pris de remords devant cet horrible spectacle, le roi traita aussitôt avec le comte de Champagne et partit pour la deuxième croisade que venait de prêcher Saint Bernard à Vézelay.

Ce premier Vitry (Vitry en Perthois) joua de malchance, incendié pendant la guerre de Cent ans, il fut entièrement détruit par les troupes de Charles Quint en 1544 et devint Vitry le Brûlé

François Ier décide d'ériger une nouvelle ville,en lui donnant son nom et ses armes; à l'abri des collines et donc de l'artillerie. Il la fait bâtir à une demie-lieue de l'ancien bourg, à la place du village de Maucourt (ou Moncourt ), en bordure de Marne .

On prêtait à la salamandre, emblème du roi, le pouvoir à la fois de se nourrir de feu et de l'éteindre. La devise, d'origine italienne, était celle de Charles d'Angoulême, père de François Ier, qui la latinisa tout en l'abrégeant.

Vitry-le-François est entourée de murailles et de remparts avec huit bastions dépourvus de maçonneries mais protégés par des fossés d'eau vive et possède une citadelle, détruite par la suite. Les fortifications ne sont achevées qu'en 1624. La ville est divisée en quatre quartiers : le quartier Notre-Dame, le quartier du Lion-d'Or, le quartier de la Halle et le quartier Saint-Germain, sur le site de l'ancien Maucourt. En 1587, les anciens moulins de Maucourt, détruits pendant la guerre, tournent à nouveau

.

À la fin du XVI e  siècle, la ville est touchée par les guerres de religion. Alors que le gouverneur de Vitry, Jean de Mutigny, fait partie de la Ligue , opposée au roi, les fidèles à Henri IV prennent la ville et le gouverneur est assassiné le 17 mai 1590. Deux jours plus tard, la Ligue reprend la ville, avec M. de Frignicourt comme gouverneur. La cité se soumet finalement au Roi de France et lui demande la destruction de la citadelle de la ville en 1598, qui se trouve alors sur l'actuel site de l'Hôtel de Ville . Les troubles religieux cesseront définitivement au cours des décennies suivantes.

La place d'Armes - L'Eglise


Le conflit mondial, qui débute au mois d'août 1914, la citée se trouva rapidement placée dans l'un des principaux axes de l'avance ennemie.
Le 4 août 1914, le Général Joffre installe son état Major au Collège. Les Allemands font leur entrée le 5 septembre dans une ville presque entièrement évacuée.



Le 6 septembre les troupes françaises passent à l'offensive. La bataille de la Marne commence et fait rage à Glannes, Huiron et au Mont Morêt. Les obus sifflent au-dessus de Vitry. Les blessés affluent à l'hôpital, dans les collèges, les écoles.

Après les bombardements

Le 16 mai 1940, des bombes incendiaires mettent le feu à un quart de la ville. La bataille du 13 juin 1940 incendie le reste de la cité qui est sinistrée à plus de 90%. Les ruines se couvrent de baraquements destinés à loger la population. Le 28 juin 1944, les Alliés bombardent Vitry : 105 civils sont tués et les destructions sont très importantes. Lors de ces évènements tragiques, la ville de Toulouse viendra en aide aux Vitryats et deviendra, ainsi, sa marraine de guerre.

La Place d'armes dans les années 60

 


Agrandir le plan

 

Haut de Page

 

 

Début

Fin

CHAMOIS

1914

1914

GIRARDIN

1890

1923

GODARD

1963

1963

LESOURD

1690

1690

PICARD

1885

1960

 


Autres Cartes

Vue Générale

Vue Panoramique- Nord-Ouest

Entrée Rue de Frignicourt

Rue de Frignicourt

Rue Dominé de Verzet

Faubourg de Vitry-en-Perthois

Faubourg de Saint-Dizier

Faubourg de Chalons

Grande Rue de Vaux

La Porte du Pont

La Porte du Pont-Vue des Indes

La Porte Du Pont

Rue du Pont dans les années 60

La Gare

La Gare

Interieur de la Gare

La Cimenterie

Le Moulin

Le Moulin

Le Canal

Le Canal en 1911

Bas Village-Le Pont levis

Le Pont Levis

Le Nouveau Pont du Canal

Pont de Chalons