Mes ancêtres et la conscription.


Quelques photographies anciennes

Localisation et histoire des villages

Cartes Postales

Les métiers de mes ancêtres

Mes ancêtres et la conscription

 

Cousins sur Internet et Liens

Onomastique

La foire aux patronymes

 

 

Entre 1798 et 1998, tous les Français de sexe masculin ont été recensés dans le cadre de la conscription militaire, par classe, dans chaque département. La classe est le contingent militaire formé par les conscrits nés la même année, le numéro de la classe correspondant à l'année des vingt ans des conscrits.

Les listes et registres de recensement militaire indiquent au minimum les patronyme, prénoms, date et lieu de naissance des conscrits, leur résidence ainsi que l'identité et le domicile des parents.

A noter  : les conscrits n'avaient aucune obligation de s'inscrire dans le bureau de recrutement relevant de leurs lieux de naissance ou de leur domicile.

  • Histoire du recrutement militaire

    Evolution du système de recrutement

    La conscription pour tous les hommes français âgés de 20 ans fut instituée par la loi Jourdan du 19 fructidor an VI (5 septembre 1798).

    La loi du 8 nivôse an XI (28 décembre 1803) créa le procédé du tirage au sort. Lors de son recensement, chaque conscrit recevait un numéro. Les numéros étaient tirés en fonction du nombre d'hommes nécessaire au contingent. Les hommes dont le numéro était tiré - les «  mauvais numéros  » - entraient à l'armée, les autres les «  bons numéros  » - étaient exemptés. Toutefois les «  mauvais numéros  » pouvaient payer des «  suppléants  » pour les remplacer.

    La Charte de 1814 abolit la conscription. Toutefois, le nombre d'engagements volontaires s'étant révélé insuffisant pour constituer le contingent, la loi Gouvion-Saint-Cyr instaura en 1818 une nouvelle forme de conscription, l'appel, qui comprenait quatre étapes :

    • - le recensement
    • - le tirage au sort
    • - le passage devant le conseil de révision
    • - la formation du contingent

    En 1855, une loi substitua l'exonération au remplacement. Pour échapper au service actif, il était possible de verser une somme à la Caisse de dotation de l'Armée. L'exonération fut toutefois supprimée en 1868 et le remplacement rétabli.

    En 1868, la Garde nationale mobile fut créée. Formée par les hommes qui n'avaient pas été appelés, elle avait pour mission de renforcer l'armée active en temps de guerre.

    La défaite subie lors de la Guerre franco-allemande de 1870-1871 et l'avènement de la IIIe République remirent en cause le mode de recrutement et l'organisation militaires. La Garde nationale mobile qui avait participé à la Commune fut dissoute et les exemptions au service furent progressivement supprimées :

    • - le système de remplacement fut abrogé par la loi du 27 juillet 1872. Toutefois le tirage au sort fut maintenu ;
    • - la loi du 17 juillet 1889 supprima les exemptions notamment des instituteurs et des séminaristes ;
    • - la loi du 21 mars 1905 établit le service militaire obligatoire pour tous et supprima définitivement le système du tirage au sort.

    Durée du service dans l'armée active

    • - 1798-1814 : 5 ans
    • - 1818-1824 : 6 ans
    • - 1824-1832 : 8 ans
    • - 1832-1868 : 7 ans
    • - 1868-1889 : 5 ans
    • - 1889-1905 : 3 ans
    • - 1905-1913 : 2 ans

    Les hommes étaient appelés l'année de leurs 20 ans pour entrer au service de l'armée active. En cas de conflit, les hommes de la réserve étaient mobilisés et lors des guerres napoléoniennes et de la Guerre franco-allemande des classes furent appelées avant leurs 20 ans.

 

Mes ancêtres et l'armée

Octave CHAMPAGNE (sosa 6)

Né le 14 juillet 1885 à Ormoy-sur-Aube , résidant à Provins (Seine et marne), décédé le

On note dans son dossier de conscription, qu'il mesure 1 m 67, qu'il a les cheveux chatains ,les yeux bleus, le front découvert, le nez aquilin, la bouche moyenne, le menton rond, le visage ovale et pas de signes particuliers.

il est aussi indiqué son degré d'instruction avec le chiffre 3 , qu'il n'est pas mucisien, qu'il sait monté à cheval , qu'il conduit et sait soigner les chevaux, qu'il conduit les voitures, qu'il est vélocipédiste , qu'il sait nager

Engagé volontaire pour trois ans le 7 novembre 1904 à la mairie de Langres au titre du 29° Régiment de Dragons. Arrivé au corps le 9 novembre 1904 et immaticulé sous le n°2061.

Dragon de 2ème classe le 9 novembre 1904 ; Dragon de 1ème Classe le 6 décembre 1905. Certificat de bonne conduite accordé. Passé dans la disponibilité le 12 juillet 1907.

A accompli une première période d'exercice dans le 7ème Escadron du train des équipages militaires du 24 mai au 15 juin 1910.

A accompli une seconde période d'exercice dans le 7ème Escadron du train des équipages militaires du 4 au 20 septembre 1912.

Rappelé à l'activité par décrêt du 1er août 1914. Affecté au 7ème Escadron du train des équipages militaires. Arrivé au corps le 4 août 1914. Parti aux armées du Nord et du Nord-Est le 4 août 1914.

Parti à l'armée d'Orient le 15 octobre 1915.

Brigadier le 1er octobre 1916.

Maréchal des logis le 25 août 1917.

Rentré en France le 19 mars 1919, part en permission jusqu'à sa démobilisation.

Mis en congé illimité de démobilisation le 6 mai 1919.

Silvin CHAMPAGNE (sosa 12)

Né le 9 février 1856 à Ormoy-sur-Aube , maçon de profession.

On note dans son dossier de conscription, qu'il mesure 1 m 67, qu'il a les cheveux chatains clairs ,les yeux chatains, le front ordinaire, le nez moyen, la bouche moyenne, le menton à fossette, le visage ovale et pas de signes particuliers.

il est aussi indiqué son degré d'instruction avec les chiffres 1.2.3

Affecté au 4 ème Régiment du génie, garnison de Langres, Fort de Saint-Menge. Parti le 11 décembre 1877 pour le 4 ème Régiment du génie comme appelé à l'activité, arrivé au corps le 13 du dit et immatriculé sous le numéro 3484.

Parti en congé le 5 octobre 1881

Passé dans la réserve le 1er juillet 1882. Et à accompli une période d'exercice à la 4ème compagnie du 25 août au 21 septembre 1883; à accompli une période d'exercice à la compagnie du génie de Langres du 25 août au 21 septembre 1885;

Passé dans l'armée territorial le 1er juillet 1886; à accompli une période d'exercice au 7ème Bataillon territorial du génie du 29 mai au 9 juin 1888

Est passé dans la réserve de l'armée territoriale le 1er novembre 1896.

Edmé CHAMPAGNE (sosa 24)

Né le 5 janvier 1828 à Ormoy-sur-Aube , domestique de profession.

Libéré par son numéro le 27 juin 1849.

Laurent CHAMPAGNE (sosa 48)

Né le 5 avril 1797 à Ormoy-sur-Aube , domestique de profession.

On note dans son dossier de conscription, qu'il mesure 1 m 72 et reconnu capable de service, 14ème du contigent. qu'il a les cheveux bruns ,les yeux gris, le front couvert, le nez bienfait, la bouche petite, le menton rond, le visage ovale et pas de signes particuliers.

Affecté à la légion de Haute-Marne le 13 décembre 1819.

Antoine BOUTEILLE (sosa 110)

Né le 16 janvier 1782 à Créancey , vigneron de profession ; décédé à Pampelune ( Espagne) le 9 janvier 1808

On note dans son dossier de conscription, qu'il mesure 1 m 61, qu'il a les cheveux noirs ,les yeux bleu, le front rond, le nez ordinaire, la bouche moyenne, le menton rond, le visage ovale, le teint brun et pas de signes particuliers.

Antoine BOUTEILLE (sosa 110)

Nicolas AUBRIOT (sosa 52)

Né le 4 septembre 1771 à Créancey , décédé à Créancey le 26 août 1861.

Titulaire de la Médaille de Sainte-Hélène. régiment: 51e de ligne
</a>